• #CirquesSansAnimaux

    Micha, Glasha et Bony
    trois ours de cirque
    dans des cellules en France
    One Voice révèle les images des geôles de Micha, Glasha et Bony, les ours détenus par les Poliakov. Micha est mort ce 12 novembre après avoir vécu quelques semaines une vie de vrai ours, mangeant à sa faim, ayant récupéré du poids et un caractère bien trempé.
    L'enquête Signez la pétition

L'enquête

Survivre en compagnie des rats dans des cellules sombres et froides

Micha, Glasha et Bony, trois ours «de cirque» très âgés, meurent dans une douloureuse agonie.

Micha, Glasha et Bony, les trois ours détenus par le couple de dresseurs Poliakov depuis des dizaines d’années et exploités de chapiteaux en foires, sont séquestrés dans des geôles moyenâgeuses pour leur fin de vie. Pour les autorités, pourtant, tout va bien! Face aux images accablantes que nous dévoilons sur leurs conditions de détention, nous avons déposé une nouvelle plainte pour actes de cruauté contre leurs tortionnaires et demandons leur transfert immédiat dans un sanctuaire.

15 septembre 2019 - Des nouvelles

Vendredi 13 septembre, Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire prenait un arrêté interdisant que Micha participe à quelque spectacle que ce soit, ordonnant qu’il soit soigné dans les cinq jours, au delà de quoi s’il n’allait pas mieux il irait dans un établissement médicalisé. Mais dès samedi 14 septembre, son tortionnaire conduisait l’ours mourant à au zoo/refuge de la Tanière, où Micha a été pris en charge immédiatement.
Nous sommes inquiets pour l’avenir de Micha, ses pattes et ses poumons sont le siège d’infections et d’inquiétantes analyses, mais nous sommes heureux qu’il soit enfin loin de son cachot. C’est une immense victoire, et une satisfaction incroyable d’avoir fait basculer son destin pour le mieux.
Pour Glasha, Bony, Mina la petite singe et l’ensemble des autres animaux exploités par le couple Poliakov le combat continue! Nous en sommes à notre quatrième plainte contre les Poliakov, nous ne lâcherons rien: plus aucun animal ne doit rester entre leurs mains. Quant aux dresseurs, ils devront répondre de leurs actes.

12 NOVembre 2019 - Micha est mort

Après quelques jours d’interruption d’antibiotiques, pour voir s’il reprenait des forces par lui-même, la santé de Micha s’est brutalement dégradée. Il a dû être anesthésié pour subir une opération et des analyses. Plusieurs jours furent nécessaires pour que la Tanière obtienne l’autorisation
Micha ne s’est jamais réveillé. Il avait des tumeurs partout, jusque dans le cerveau…

29 NOVembre 2019 - Bony & Glasha sont sortis de leurs cachots... provisoirement

Trois jours avant l’audience au tribunal administratif d’Orléans devant lequel nous l’avons assignée, la préfecture du Loir-et-Cher décide du placement provisoire de Bony et Glasha. C’est un soulagement pour ces deux ours dont l’état de santé très préoccupant est enfin reconnu. Mais ils restent la propriété des Poliakov, et pas un mot sur les autres animaux.

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

La pétition

Micha vient de mourir ce 12 novembre 2019… 
A cette date, Glasha et Bony, eux, agonisaient toujours dans des cachots au fin fond du Loir-et-Cher.

Vendredi 29 novembre, Bony a été transféré provisoirement dans un parc zoologique en France, et Glasha en Allemagne. Nous nous battrons jusqu’au bout pour qu’ils soient placés définitivement, eux, ainsi que l’ensemble des animaux détenus chez les Poliakov, dans des lieux où ils pourront vivre une vie véritablement digne d’être vécue. Tant que nous n’avons pas obtenu justice contre ces tortionnaires et les autorités qui ont fermé les yeux si longtemps!

Déjà en 2004, ils étaient tous trois traînés de force sous les chapiteaux, dressés par la violence, et en grande souffrance.

  • Les pattes de Micha dévorées par les asticots, son corps, dramatiquement amaigri, et sa souffrance, visible dans son regard avaient permis, grâce aux images que nous avons révélées le 8 septembre 2019, qu’il soit soigné dans un zoo-refuge, après intervention ministérielle… Il respirait péniblement, et chaque mouvement semblait un effort incommensurable. Il a fini ses jours dévoré par les tumeurs, mais après avoir tout de même obtenu quelques semaines une vraie vie digne d’être vécue.
  • Glasha et Bony, en plus de marques physiques, sont brisés psychologiquement. Leurs mouvements stéréotypés (répétitifs) montrent à quel point ils sont traumatisés par l’exploitation qu’ils ont subie.

Après la mort de Micha, sortons les ours "de cirque" Bony et Glasha de leurs cachots définitivement!

Signez la pétition

- 90,278 signatures -

  • E-mail

20 ans de combats pour des #Cirquessansanimaux

20 ans de combat pour libérer les animaux

C’était hier… En 1999, One Voice lançait un combat très novateur à l’époque avec sa campagne « Des cirques oui, mais sans animaux ». Une cause pourtant évidente, pour qui souhaite secourir les animaux, faire barrage à leur exploitation. « Respecter la vie » aurait dit Théodore Monod, parrain de l’association.

Au passage des années 2000, constatant la misère physiologique d’un hippopotame, One Voice sera la première association française à déposer plainte contre un cirque, celui de Paris. Près de 20 ans plus tard, One Voice se bat pour Jumbo, l’hippopotame trimballé par le cirque Muller sans même participer aux représentations. Rien n’a changé entre temps, donc ? Si, beaucoup de choses ont changé…

À force d’enquêtes suivies, d’expertises scientifiques, d’actions en justice dès que nécessaire, à force d’alertes aux autorités, de soutiens aux mairies, d’informations auprès du public, de manifestations médiatiques, de libérations spectaculaires, en France comme à l’étranger, l’avenir des cirques exploitant les animaux se rétrécit, les consciences évoluent et la loi suivra, un jour.

Avec Vicky, en 2006, nous avons été les premiers à libérer une éléphante d’un cirque en France. Puis vint le lion Djunka, rendu à l’Afrique en 2007… D’autres ont suivi, d’autres connaîtront demain la liberté et non les cages! Alors nous ne lâcherons rien, car ces animaux sauvages à la dignité bafouée, qu’ils soient nés ou non en captivité, restent dressés avec brutalité, sont maintenus dans la souffrance par leurs conditions de détention, par la fureur des spectacles, la dureté de l’itinérance.

Pour eux, nous ne cesserons notre combat que quand tous les cirques seront sans animaux. Soutenez-le, rejoignez-le, amplifiez-le ! C’est une des clés pour que notre planète retrouve éthique et humanité !

Abonnez-vous à notre newsletter

Scroll to top